samedi 15 novembre 2008

Good Night Another Bad Morning


Attente sous la pluie. J'ai mal à ma patte folle. L'excitation qui m'agitait pendant mes années lycée n'est plus au rendez-vous. Ai-je attendu trop longtemps avant de voir en live ce groupe qui m'est pourtant si cher ?

Première partie assez drôle. Les Naive New Beaters que je connaissais seulement de nom me convainquent assez rapidement avec leur électro-rock rappé. Le guitariste disparaît régulièrement sous sa masse de cheveux. Alison serait-elle son modèle capillaire ? Le chanteur fait des blagues nulles et des petites chorégraphies ridicules mais il est attachant et finalement drôle de par son attitude totalement loufoque.

Débarquent les Kills. Cette petite boule au ventre me prend comme avant. Tension. Cela me rappelle que je-ne-sais-plus-trop-qui-je-ne-sais-plus-trop-quand* disait qu'il ne fallait pas faire l'amour avant un concert parce que cela permettait de libérer mieux cette énergie, cette tension et de la faire passer au public. Les chansons s'enchaînent. On ne réalise pas toujours de quel album elles viennent. Parfois on la reconnait dès le premier beat de la boite à rythmes. VV est très belle. On ne peut pas s'empêcher de la regarder. C'est carré. Mais il manque quelque chose. Peut-être la fameuse tension.

Le concert nous laisse donc un peut sur notre faim. Les rappels se font prier. Cependant les trois chansons supplémentaires qu'il nous offrent à leur retour sur scène redonnent aux Kills ce qui leur appartient. Cat Claw me rappelle mes premiers émois killsiens. Hotel se sert de sa guitare telle une mitraillette et vise tour à tour la foule et VV... Enfin, la dernière chanson sur un riff qui rappelle You Really Got Me fait rentrer le duo dans une transe que j'ai souvent vu sur des vidéos de leurs lives. Cette même transe qui fait que je rêvais de voir ce groupe depuis que je l'ai découvert avec son premier album, et non parce que Jamie Hince fut le petit ami de Kate. Hotel est à genoux, la mitraillette devient un objet phallique. VV prosternée est secouée de spasmes. La voilà cette fameuse tension. Ils la libèrent, la relâchent. Nous l'offrent en se mettant à nu. Ils se passe quelque chose d'inexpliquable entre eux. Puis la guitare tombe à terre les lumières se rallument. Cette fois-ci c'est la bonne.

La sortie laisse apparaître les fans trempés dans un état second. Je tremble en écrivant mes premières impressions sur mon téléphone en fumant cette cigarette, celle qu'autrefois on s'allumait pendant sa chanson préféré et que nous devons aujourd'hui reporter mais je m'en fout, Cat Claw résonne encore dans ma tête avec quelque notes de Fried my Little Brain. Pas de doute la magie a opérée...


*C'est le chanteur des Virgins qui philosophait sur cette tension dans le DVD Jalouse.

5 commentaires:

  1. je n'ecouté avant cette grupe mais je sus interesse!! ohh! et le DVD Jalouse.. je le voirais.. dans le image de le titre je recognaize Valentine Fillol-Cordier et Tennessee Thomas, qui'est l'autre?

    Ps. pardon pour mon francais... ce n'est pas mon langue materne

    RépondreSupprimer
  2. did you see the kills in concert too!!!
    i did in nyc and was blown away
    j'aime ton blog et..thats about all i remember from one semester of french at Uni. :(
    im so jealous that you are there and i am not
    come for a visit sometime!
    http://BEACH1129.blogspot.com
    x

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ton blog (je suis tombée dessus en cherchant des photos d'Alison Mosshart enfait) and i'm breathless.

    RépondreSupprimer